Logo Université Laval Logo Université Laval

6e édition «Le droit des personnes physiques» par Dominique Goubau

28 Août 2019
Le droit des personnes physiques, 6e édition

Avec la collaboration de la professeure Anne-Marie Savard, le professeur Dominique Goubau a publié la 6e édition de l'ouvrage Le droit des personnes physiques aux Éditions Yvon Blais.

Résumé

L'ouvrage «Le droit des personnes physiques» constitue une référence en droit des personnes. Il présente un exposé complet des règles dans ce domaine, qu'elles se trouvent dans le Code civil du Québec ou dans les nombreuses lois connexes des domaines de la santé, de la protection des renseignements personnels ou de la curatelle publique, par exemple.

L'ouvrage englobe les questions relatives à l'intégrité physique et morale ainsi que celles concernant l'identification de la personne et l'état civil, et traite de la capacité juridique des personnes et du statut spécifique accordé aux mineurs ainsi qu'aux majeurs soumis à un régime de protection en raison de leur inaptitude.

Les lecteurs intéressés à en savoir plus sont encouragés à approfondir les notions traitées en consultant les sections consacrées aux interprétations plus pointues, aux questions de procédure, à certains questionnements ou encore à l'exposé de quelques aspects de l'ancien droit régi par le Code civil du Bas-Canada.

Nouveautés dans cette édition

  • Les nombreux développements jurisprudentiels suite à l’entrée en vigueur du «nouveau» Code de procédure civile.
  • La Loi sur les soins de fin de vie et les suites de l’arrêt phare de la Cour suprême Carter c. Canada (Procureur général) qui a forcé la modification des dispositions du Code criminel concernant l’aide au suicide.
  • Nouvelles dispositions du C.c.Q. en matière de changement de la mention du sexe dans les actes de l’état civil.
  • Création d’une nouvelle forme de tutelle pour les mineurs, la tutelle supplétive.
  • Sans compter une jurisprudence foisonnante en droit des personnes, notamment au chapitre du droit au respect de la vie privée, des autorisations de soins médicaux, des mandats de protection ou, encore, de protection contre l’exploitation des personnes âgées vulnérables.