Richard Ouellet participe à un projet de recherche sur la mondialisation dans un contexte de grandes tensions

Richard Ouellet participe à un projet de recherche sur la mondialisation dans un contexte de grandes tensions

10 juin 2020

Le Centre d'études sur l'intégration et la mondialisation de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) a obtenu une subvention d’infrastructure de plus de 300 000$ du Fonds de recherche du Québec pour sa programmation intitulée «La mondialisation dans un contexte de grandes tensions: repositionner l’Amérique du Nord et repenser les politiques commerciales» auquel participera Richard Ouellet à titre de cochercheur. Les travaux porteront un regard critique sur les innovations des nouveaux accords commerciaux impliquant les 3 pays d’Amérique du Nord (Canada, États-Unis et Mexique) afin d’en saisir les implications diverses sur les politiques et les cadres réglementaires des systèmes nationaux.

Le contexte

Avec le développement du commerce électronique, la production se dématérialise et se déterritorialise alors que les chaînes de valeurs, production en constante mutation, traversent les frontières. Devant un monde en transformation, les accords commerciaux entraînent des changements des institutions, qu’elles soient nationales, régionales ou internationales, qui sont souvent mal adaptées aux nouvelles réalités du commerce et de la mondialisation. On tisse des liens de toutes sortes entre les sociétés et les individus qui affecte négativement sur la capacité des États d’assurer la prospérité et la stabilité de nos sociétés, la répartition des richesses et la coopération internationale sur des enjeux politiques et juridiques de plus en plus affectés par les accords de commerce. Ces défaillances institutionnelles creusent l’écart entre nos sociétés et les réseaux mondiaux d’interconnexions traversant les frontières, ce qui provoque des conflits et des fractures.

Les objectifs

Développer, sur le plan théorique, une compréhension des changements technologiques et des nouveaux accords commerciaux dans un contexte de rivalité croissante entre diverses puissances privées et publiques. Analyser les transformations en cours dans une perspective multidisciplinaire (politique, économie, sociologie, droit). Produire des recherches susceptibles de faire progresser notre savoir et nos réponses institutionnelles. Diffuser les résultats de recherche (publications, communications scientifiques, partenariats) au Québec, au Canada et à l’étranger. Assurer la formation d’étudiants et de professionnels sur les enjeux institutionnels de régulation de la mondialisation au 21e siècle.

Les chercheurs

  • Michèle Rioux, chercheure principale, Université du Québec à Montréal
  • Mathieu Arès, Université de Sherbrooke
  • Rémi Bachand, Université du Québec à Montréal
  • Christian Deblock, Université du Québec à Montréal
  • Erick Duchesne, Université Laval
  • Geneviève Dufour, Université de Sherbrooke
  • Gilbert Gagné, Université Bishop's
  • Romain Lecler, Université du Québec à Montréal
  • Ting-Sheng Lin, Université du Québec à Montréal
  • Julien Martin, Université du Québec à Montréal
  • Éric Mottet, Université du Québec à Montréal
  • Richard Ouellet, Université Laval
  • Stéphane Paquin, ENAP