Logo Université Laval Logo Université Laval

La doctorante Stéphanie Roy réalise un stage de recherche en Nouvelle-Zélande

29 Juillet 2019

Grâce à sa bourse doctorale de la Fondation Pierre-Elliott Trudeau, Stéphanie Roy a eu l’occasion au printemps de réaliser un stage de recherche de 2 mois en tant que chercheure invitée à la Victoria University of Wellington en Aotearoa Nouvelle-Zélande. Elle a pu y travailler avec la professeure Catherine Iorns Magallanes.

Pendant son séjour, madame Roy a étudié le «guardianship», soit le mécanisme de protection mis en place pour protéger la forêt Te Urewera et la rivière Whanganui (Te Awa Tupua), 2 entités qui se sont vu octroyer la personnalité juridique en 2014 et 2017 respectivement. Ce mécanisme a un intérêt tout particulier pour sa recherche, puisque le sujet de sa thèse touche l’imposition de devoirs fiduciaires aux gouvernements pour protéger l’environnement. Le but est d’imposer une liste de devoirs clairs aux gouvernements afin que la protection de l’environnement ne soit plus discrétionnaire et devienne plutôt une obligation qu’ils détiennent envers les citoyens et les générations futures. Un tel État fiduciaire permettrait par surcroît de reconnaître la responsabilité que les humains ont envers la nature de même que leur interdépendance.

«Ces 2 modèles de 'guardianship' constituent donc pour moi des études de cas à plus petite échelle de ce que mes travaux suggèrent d’imposer à grande échelle. J’étais donc très enthousiaste de pouvoir découvrir l’expérience entourant ces guardianship en Nouvelle-Zélande», explique la doctorante Stéphanie Roy.

Pour en savoir davantage sur son expérience, vous pouvez lire le récit rédigé par madame Roy et publié sur le site de la Fondation Pierre-Elliott Trudeau: Les enseignements du guardianship entourant la protection de Te Urewera et Te Awa Tupua.