Abdoul Karim Thiaw soutient sa thèse

26 mai 2022

La Faculté de droit tient à féliciter monsieur Abdoul Karim Thiaw qui a défendu sa thèse intitulée «Le rôle du législateur dans la mise en œuvre efficace et équitable du droit de l'inculpé d'être jugé dans un délai raisonnable.» le 25 mai dernier.

Membres du jury

Résumé de la thèse

L’auteur analyse la mise en œuvre du droit constitutionnel de l’inculpé d’être jugé dans un délai raisonnable. Partant du constat de l’allongement des délais judiciaires en matière pénale au sens large (les procès criminels y compris) malgré la baisse continue du taux de criminalité et du volume des poursuites des infractions pénales graves, l’auteur démontre l’impuissance des tribunaux à faire respecter cette garantie. Il démontre ensuite que cette impuissance est due au fait que deux des principales causes de ces délais relèvent du législateur. L’auteur en conclut donc qu’une intervention législative, à travers une réforme en profondeur de certains aspects de la législation pénale, est nécessaire si l’on souhaite parvenir à une mise en œuvre à la fois efficace et équitable de cette garantie constitutionnelle. Une telle initiative législative pourrait d’ailleurs renforcer la collaboration entre les tribunaux et le législateur et elle constituerait un complément nécessaire à la jurisprudence constitutionnelle.

 

Pour y arriver, l’auteur analyse les raisons historiques et constitutionnelles qui assurent l’historicité d’une intervention législative dans ce domaine et celles qui expliqueraient les difficultés persistantes des tribunaux à régler cette problématique. L’analyse se fait principalement dans le cadre du système juridique anglo-canadien et, accessoirement, dans celui de la France, l’objectif étant de mieux illustrer le propos dans deux contextes juridiques différents, soit les traditions juridiques de la common law et du droit romano-civiliste. L’auteur présente finalement des pistes de solutions à explorer au Canada pour effectuer la nécessaire réforme du droit criminel et du droit pénal réglementaire pour assurer durablement la mise en œuvre équilibrée du droit constitutionnel concerné.

 

La thèse se divise en deux parties. La première porte sur l’historique de la protection du principe de célérité du procès pénal (d’où est tiré le droit constitutionnel en cause) à partir du droit romain et par la suite en droit anglo-canadien et en droit français jusqu’à nos jours. Cette partie démontre l’historicité de l’intervention du législateur pour résoudre la problématique des délais judiciaires et fait ressortir les limites consubstantielles à une tentative de règlement par la voie jurisprudentielle. La seconde partie analyse les raisons profondes de l’allongement des délais judiciaires en matière pénale et elle démontre que, pour des raisons constitutionnelles, c’est le législateur qui a compétence pour intervenir sur deux de ces causes. Cette partie explore finalement, par l’exemple canadien, les réformes du droit criminel et du droit pénal réglementaire qui pourraient assurer la protection efficace et équitable du droit constitutionnel.